BrassBand.fr le site des Brass Bands !

Communauté française des Brass Bands

   

Le brass band junior du conservatoire du XIII ième arrondissement de Paris au festival Cuivres en Seine

dimanche 13 avril 2008 , par La rédactrice en chef  
Partager sur Facebook

Dernier raccord avant le concert...

Ils sont venus, ils sont tous là...

Malaury, Lucas, les deux Nina, et toutes les tignasses sympathiques déjà
rencontrées lors du concert donné au Conservatoire National de Région de
Paris
.

Comme promis, nous sommes allés à la rencontre des enfants et
adolescents qui composent le brass band junior dirigé par Clément
Saunier
à l’occasion de leur participation au concert du 11 avril
dernier à l’église Saint-Marcel.

Ils ouvraient la voie à leurs aînés : le Brassage Brass Band et Æolus.
L’affiche aurait eu de quoi les impressionner. Il semble qu’au
contraire, le challenge de jouer avant des musiciens confirmés ait
galvanisé leur énergie.

Avant et après leur prestation, nous avons trouvé en coulisses une
excitation joyeuse, un humour ravageur et une insouciance rassurante.
Ils sont et restent des enfants qui courent, font du bruit, circulent en
trottinette dans la chapelle et se coupent la parole pour répondre à nos
questions.

Dernier raccord avant le concert...

Ainsi, quand nous les interrogeons sur la fréquence et la durée des
répétitions, nous avons droit à une petite cacophonie qui oscille entre
« Une heure ! » et « Une heure et demie ! » jusqu’à cette conclusion : « Il y
a une heure de répétition et une demie-heure de morale ! »

(Une pensée solidaire pour Clément Saunier qui voit ainsi sa pédagogie
exécutée d’un trait incisif. La jeunesse est impitoyable.)

Une chose est sûre, ce qu’ils apprécient le plus dans l’aventure du
brass band, c’est l’amitié et le bonheur des concerts qui « donnent la
pêche »
et « font rater des cours ». Aucun n’évoque des problèmes de
rivalité ou de jalousie. Pas même Lucas, onze ans, qui occupe pourtant
la place de premier cornet solo depuis trois ans. Il n’a « pas de
difficulté avec les copains »
nous dit ce jeune garçon qui pratique la
trompette depuis sept ans... de quoi forger un caractère bien trempé.

Dernier raccord avant le concert...

Il y a ceux, comme Malaury, passé de l’euphonium au tuba par « choix
personnel »
qui ont décidé eux-mêmes de leur orientation, et d’autres
comme Rachel, treize ans, cornet mi-bémol, qui ont répondu à une
proposition de Clément Saunier.

« Il n’y en avait pas... alors... » confie modestement la talentueuse
jeune fille.

S’ils éprouvent tous les joies et les peines qu’impose toute discipline
artistique, il faut pourtant bien avouer que cela ne les incite pas
encore assez à aller voir un peu plus loin que le bout de l’embouchure.

Ainsi, malgré les exhortations de leur chef, ils reconnaissent n’avoir
« pas trop vu », et même, « pas vu du tout » les films dont ils interprètent
pourtant les génériques avec tant de plaisir. Mais comment en vouloir à
une adorable cornettiste comme Nina, qui, du haut de ses dix ans a bien
le temps de s’intéresser à la filmographie de Robert De Niro !
 [1]

Ils ont de belles années de découverte devant eux et le plus important
est sans doute qu’ils aient compris ce qui fait l’essence, l’esprit, la
séduction d’un brass band : « le son », clament-ils avec un bel ensemble.

Laissons la conclusion à une autre Nina, dite « la grande Nina », qui joue
de l’alto :

« J’ai joué avec d’autres orchestres, mais c’était moins bien organisé.
Et puis le résultat était moins bon alors que le niveau individuel était
supérieur. »

Un bel hommage rendu à la « morale » de Clément Saunier.

Lucas Rachel

[1interprète principal du film "Mission" de Roland Joffé, musique de
Ennio Morricone